Actu internationale - Décembre 2011

Publié le par A La Une : Liberté

- Interpellation de militants en Russie suite aux élections législatives -  6 décembre

 

russe opposant

   Alors qu'on annonçait, le 4 décembre,  la victoire du parti de Vladimir Poutine aux législatives russes (Russie Unie, 49,5% des voix), 300 personnes dénonçaient déjà les nombreuses irrégularités qui ont entouré cette élection, dont le leader de l'opposition Ilia Lachine, condamné dès lors à 15 jours de prison.

Le lendemain, les militants n'ont pas cessé pour autant : 250 manifestants de l'opposition, dont un autre leader Boris Nemtsov ont ainsi été interpellés à Moscou,  et 200 autres à Saint Petersbourg avec une violence policière importante, comme en témoignent les images de photo-reporters.

 

   Les observateurs étrangers des élections et des violences subies ont critiqué ces irrégularités. Suite à ces remarques, le Président russe Dmitri Medveded et son Ministre des affaires étrangères ont jugé ces propos inacceptables, et le Président et ont rejeté toute remise en question de ces élections législatives.

=> Plus de photos c'est ici , plus d'infos ici.

 


Le-roi-de-Thailande-84-ans-appelle-a-l-unite-de-la-nation_a.jpg

- 15 ans de prison pour insulte au roi de Thaïlande - 15 décembre

Membre des chemises rouges, une Thaïlandaise pour le retour de Thaskin Shinawatra, ex -Premier ministre en exil, a été condamnée à 15 ans de prison le 15 décembre pour " insulte à la famille royale".

 

Lors de manifestation en 2008 en faveur du retour de Shinawatra, elle aurait prononcé des discours jugés comme insultants.

 

S' il n'a aucune autorité constitutionnel, le roi  Bhumibol Adulyadej a une très forte autorité morale, et reste à 84 ans et plus ancien monarque actuellement en exercice, il reste pourtant, selon les Thaïlandais, le seul à pouvoir unir le peuple.

 

 

 

 

 

 

 

kims.jpg

- Décès de Kim-Jong-Il, ancien Président  Nord-Coréen - 17 décembre

 

   Les médias n'en ont été avertis que deux jours plus tard. L'ancien dictateur de la Corée du Nord est décédé d'un d'un infarctus du myocarde et d'une crise cardiaque au cours d'un déplacement en train le samedi 17 décembre. 

 

Son fils cadet de l'ancien dicatateurs, Kim Jong-Un avait été désigné il y a quelques mois comme son successeur. Il y a plus d'un an, afin de faciliter cette tâche ce quasi inconnu -  âgé de moins de 30 ans - avait été nommé Général quatre étoiles et vice-président de la puissante Commission militaire centrale du Parti communiste au pouvoir (Parti des Travailleurs). Depuis la mort de son père, le jeune homme a été désigné comme Commandeur suprême et général, afin de faciliter la succession et l'achèvement de la révolution.

 

Les médias et le peuple coréen sous contrôle ont montré des images de la population en deuil tous en pleurs: une obligation de montrer sa peine, réelle ou non imposée par l'Etat. Ce deuil national a été fixé du 17 au 29 décembre.

 

L'Etat nord-coréen, un des pays les plus fermés au monde, doit désormais faire face à une nouvelle étape de son histoire. La Corée du Sud, voisin aux relations tendues, a envoyé ses condoléances ainsi que des chaussettes au Nord, par voie aérienne originale (des ballons). Les deux pays restant techniquement en conflit armé depuis la Guerre de Corée (1950-1953), Séoul en son gouvernement a été placée en état d'alerte.

Dans la même lignée, l'Etat et son nouveau leader doivent être confrontés aux consultations directes relancées ces derniers mois avec les Etats-Unis au sujet du nucléaire nord-coréen.

 

 

 

 

- Départ des derniers soldats américains en Irak- 18 décembre

discours-Obama-a-Fort-Bragg_galleryphoto_portrait_std.jpg

 

Lancée en 2003 par l'ancien Président des Etats-Unis d'Amérique Georges Bush, sans demande déposée auprès de l'ONU, la guerre en Irak avec ses 100 000 Irakiens et ses 4700 soldats américains tués, s'achève officiellement - comme annoncé lors de la candidature de l'actuel président américain.

Sans attendre la date limite fixée du 31 décembre 2011, les 5500 soldats américains, dont 500 de la première  division de cavalerie, 3 ème division des forces spéciales,  toujours sur place ont déjà ou s'apprêtent à quitter les lieux pour rentrer chez eux ou se rendre au Koweït. En effet, le secrétaire américain à la Défense, Léon Penatta a officiellement signé un document annonçant la fin de la mission américaine en Irak.

Et quelle mission... Le bilan est désastreux, les ressources nécessaires au développement de l'Afghanistan prélevées, les armes de destruction massive n'ont jamais été trouvées, on dénombre des centaines de milliers de morts et blessés pour un pays désormais laissé à lui-même. Marginalisant la minorité sunnite, l'actuel parti pro-iranien au pouvoir ne fait qu'ajouter aux divisions ethnico-religieuses de l'Irak actuel.

La guerre, largement critiquée ces neuf dernières années, s'achève avec un triste panorama sur l'avenir. Point clef de la candidature de Barak Obama, nombreux sont ceux qui apprécient le respect de cet engagement qui a néanmoins pris du temps et n'empêche pas la finalité de cette page de l'histoire qui se tourne, ni de celle qui s'annonce. Le futur des Irakiens est à leur disposition, a ainsi déclaré le Président des Etats-Unis d'Amérique.

 

 

                                                                                Mallorie Lowenda Lambilliotte

Publié dans Actu - International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article