En route pour la présidentielle... Retour sur le mois de décembre

Publié le par A La Une : Liberté

Un mois de décembre bien chargé, A la Une : Liberté  vous fait le topo sur l'actualité politique française de ce dernier mois de l'année 2011.

 

 

Ils se présentent comme candidat à la présidentielle 2012, et ont fait parler d'eux :

 

   christine boutinChristine Boutin, candidate du Parti Chrétien Démocrate, a présenté son projet le 5 décembre 2011, n'excluant pas alors de se rallier à Nicolas Sarkozy avant même le premier tour de l'élection présidentielle. Pourtant, depuis cette annonce, la candidate et ex-ministre du logement, s'est insurgée contre le système de parrainage selon lequel peuvent être candidats ceux ayant obtenu 500 signatures. Or, Madame Boutin en aurait à peine plus de 150 pour le moment. Elle a ainsi menacé le Président de la République, à la mi-décembre, de lâcher  "une bombe atomique" si elle ne les obtenait pas.

 

 Francois-Bayrou-le-leader-du-MoDem-en-2009.-630420 scalewid Le 7 décembre, après un livre cet été et une pré-annonce sur TF1 en novembre, c'était au tour du président du MoDem d'annoncer officiellement sa candidature. François Bayrou a ainsi joué la carte de "la vérité" lors de sa présentation. Revenant sur la crise économique actuelle, et l'enjeu de l'Union Européenne il a expliqué l'importance du lien franco-allemand tout en affirmant que l'idée d'une " Europe [qui] se dirige exclusivement à deux n'est pas durable ni bonne dans son principe".

Le 22 décembre le Président du Mouvement Démocrate a décliné une invitation à se joindre à Nicolas Sarkozy pour les obsèques du Président tchèque Vaclav Havel, afin de couper court à tout signe de rapprochement possible :  " la ligne qui est la mienne est d'être absolument imperméable à toute idée de manoeuvre, d'entente, avec le candidat de l'UMP comme avec le candidat du PS", a ainsi affirmé le candidat. 

 

img-dominique-de-villepin-5jpg.jpgDominique de Villepin, ex - Premier ministre sous Jacques Chirac  et à l'origine du mouvement République Solidaire en juin 2010 ( dont il n'est plus président ),  a déclaré se porter candidat , le 11 décembre au soir sur TF1. On pouvait alors lire et entendre dans les médias une dite "surprise" quant à cette annonce. Pourtant, l'ancien Premier Ministre n'a jamais montré l'envie d'un quelconque rapprochement avec le parti de la majorité ou un autre, et s'est bien souvent montré dédaigneux, voire virulent, quant à la France de Nicolas Sarkozy. Quant on connaît l'homme et son ambition, il n'y a rien d'étonnant. La surprise aurait donc été créée dans les médias car il n'y avait rien d'intéressant dans l'actualité ? Ou parce que l'on veut faire de cette candidature une surprise, un état de grâce dans la course présidentielle ? Rien n'est moins sûr, pour 2012 il promet en effet " des surprises, beaucoup de surprises". Avec la volonté de " défendre une certaine idée de la France " , il se positionne au-dessus des autres partis qui, selon lui, humilient la France en " [discutant] le bout de gras sur un coin de la table".

 

images.jpgMarine Le Pen, la présidente du parti du Front National peine depuis quelques mois déjà à acquérir ses 500 signatures, sans qu'aucun média n'aie de source sûre le nombre de signature déjà atteint par le parti. Dénonçant le principe de la transparence imposé à ceux qui donneraient leur signature et appelant à revoir les règles du parrainage, la candidate a récemment saisi le conseil d'Etat : une démarche faite par la vice-présidente du parti Anne-Marie Arnautu. La candidate s'interroge : "Cette règle avait été instituée afin d'éviter les candidatures fantaisistes. Qui pense que ma candidature est fantaisiste ?". Le parti a encore quelques mois pour obtenir ces 500 signatures nécessaires. En 2007, c'est de justesse qu'il avait pu être représenté aux élections, avec 507 signatures.

 

 

           

                                                                                                                     Mallorie Lowenda Lambilliotte

Publié dans Actualité Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article