Après enquête de la CNCT, 62% des débits de tabac seraient en infraction pour vente aux mineurs

Publié le par la-une-liberte.over-blog.com

 

       Je me souviens de cette époque où jeune, une cigarette à la main, je me demandais comment j'avais bien pu obtenir mon paquet, à l'époque bien moins cher, alors que je faisais 1m57 les bras levés. Avec ma bouille de gosse et mon sac de lycéenne, on s'achetait généralement les paquets à deux. On ne m'a jamais demandé de carte d'identité.

   Aujourd'hui cela fait bientôt deux ans que j'ai arrêté de fumer, mais je me souviens encore de ces animateurs de colo qui nous autorisaient à acheter nos paquets à 15 ans sans autorisation parentale, pour qu'on évite de faire n'importe quoi, que notre consomation soit régulée : ça, c'était une bonne idée. On évitait ainsi les paquets fumés en une journée, le mensonge, le fait de se cacher. A mes 15 ans, c'était une infraction, la suite de mon lycée non puisque ce n'est que depuis 2009 que la vente est interdite à tous mineurs ( voir plus loin).

En revanche, ces buralistes qui vendent sans vergogne leur paquet à des mineurs en pleine croissance, causant troubles de la santé et addiction, c'est une honte. En même temps à presque 7 € le paquet de clopes aujourd'hui, ce non respect de la loi et de la santé des jeunes, j'aimerai connaître le nombre de buralistes qui en ont quelque chose à faire !

 

      de18ans.jpgEt bien le rapport est tombé : après une enquête menée par des "clients mystères", le CNCT (Comité national contre le tabagisme) a révélé que 62 % des 430 débits de de tabac en France sont , ou ont été, en infraction pour vente aux mineurs.

En effet, après un décret en 2003 interdisant la vente de tabac aux moins de 16 ans, et depuis 2009 aux personnes de moins de 18 ans (pourtant regardez bien le nombre de lycéens et même collégiens qui s'entassent dans la fumée à la sortie des établissements).

Les "clients-mystères" âgés de 12 à 17 ans, autant de filles que de garçons, ont été amenés à demander un paquet de cigarette, habillés de manière "normal" pour leur âge, et ce du 16 au 28 mai dernier en France.

L'enquête montre que 70 % des buralistes n'ont pas demandé à vérifier l'âge de la personne, 38 % ont vendu du tabac à des enfants de 12 ans, 85 % à un jeune de 17 ans et 62 % au total à un mineur.

Parallélement, le CNTC a mené une enquête en septembre, afin d'en savoir plus sur les rapports au tabac des jeunes (600 interrogés), la majorité ont commencé le tabac au collège et beaucoup (34%) ne savent rien de l'interdiction pour les plus de 16 ans.

 

Si cette enquête est révélatrice d'un problème de fond - ce n'est pas la première fois qu'on parle du tabagisme des jeunes - on reste en droit de s'interroger : quelles sanctions ces débiteurs de tabac ont-ils eu suite à l'enquête ? ...

 

 

                                                                                                                       Mallorie Lowenda Lambilliotte

Publié dans Actu - Faits divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article